Intermittents du spectacle : Quel logement pour un mode de vie nomade?

Quand on est intermittents du spectacle, on mène presque nécessairement une vie nomade. Un mode de vie aventureux et jamais monotone, mais qui porte en lui un certain nombre de difficultés. Les changements de logement réguliers, notamment, s’avèrent être un problème complexe. Quelles solutions de logement compatibles avec le nomadisme ?

Le travail nomade concernerait entre 7 et 10% des salariés français. Parmi eux, les intermittents du spectacle. Parce qu’ils partent régulièrement en tournée avec leur équipe, ils sont souvent amenés à quitter leur logement principal pour quelques mois. Comment s’en sortir financièrement quand on doit changer de logement si régulièrement ?

intermittents du spectacle


Trouver un logement à moindres frais

La location temporaire d’un appartement meublé : intermittents du spectacleIl existe de nombreuses agences spécialisées dans la location de meublés de court-terme. La start-up Morning Croissant, par exemple, propose des locations de 1 jour à 1 an. Tournez-vous vers ces agences, car les agences généralistes proposeront le plus souvent des contrats d’une durée minimum de 6 mois ou 1 an.

La location d’un appartement vide, et la location des meubles : Si vous ne trouvez pas d’appartement meublé, louer un appartement vide est une solution envisageable. Mais il est alors impensable d’acheter des meubles neufs qui ne vous serviront que quelques mois. Une solution possible est alors de louer ses meubles. La start-up Neosquat, notamment, est spécialisée dans la location de mobilier.

Les foyers de jeunes travailleurs : Vous pouvez également faire une demande dans l’un des nombreux FJT de France. Vous pouvez y rester pour une durée maximum de 2 ans, et à tarifs très avantageux par rapport à un appartement classique.


Sous-louer son logement principal pour financer ses déplacements

intermittents du spectacleMême si on est amené à déménager régulièrement et pour de longues durées, on a tout de même besoin d’un « chez soi », un point d’attache où on peut revenir après avoir été longtemps absent. Mais conserver un logement permanent dans votre ville d’origine, tout en payant le loyer d’un second appartement sur le lieu de votre déplacement, nécessite un budget important. Une solution envisageable est alors de sous-louer votre logement principal pour la durée de votre absence. Cela peut permettre de couvrir une partie de vos frais sur le lieu de votre déplacement.

Gérez votre sous-location par vous-même :  Il vous faudra alors trouver un sous-locataire pour la période votre absence et gérer votre sous-location à distance (remise des clés, gestion des éventuels problèmes ou dégâts…). Soyez également prudent vis-à-vis de la loi : une sous-location est légale dès lors que deux conditions sont remplies :

  • Vous avez une autorisation de sous-location de votre propriétaire
  • Vous ne sous-louez pas à un prix supérieur à votre loyer habituel

Confiez votre sous-location à Smartrenting : Plutôt que de gérer votre sous-location par vous-même, une alternative est la start-up Smartrenting. Cette agence immobilière spécialisée dans la sous-location s’adresse aussi bien aux étudiants qu’aux intermittents du spectacle. L’agence prend en charge toute la gestion de la sous-location pendant la durée de votre absence, de sorte que vous n’ayez à vous occuper de rien. En outre, votre loyer vous est garanti par l’agence. C’est donc une solution plus sûre et plus simple que de gérer votre sous-location par vous-même, très adaptée aux intermittents du spectacle ou autres travailleurs mobiles.

À lire : Laisse-toi guider, on paye ton loyer

intermittents du spectacle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *